Comment est née l’idée ?

Comme quoi la vie est bien faite, je n’en avais pas conscience à l’époque, mais alors que j’avais 18 à 20 ans, les premières graines se sont plantées.

Après le décès de mon grand-père maternel, ma grand-mère maternelle devait quitter son domicile, dans lequel elle ne s’alimentait plus.

Alors est entré le dilemme, que fait-on ?

Ils étaient 3 enfants à devoir prendre la décision… je n’étais qu’un des 6 petits-enfants.

Tout le monde voulait la mettre en maison de retraite, EHPAD, et moi j’aurais tant aimé la prendre chez moi.

On m’a expliqué à l’époque que j’avais ma vie à faire, et que je ne pouvais pas me sacrifier pour garder ma grand-mère.

Alors mémé s’est retrouvée en maison de retraite.

Nous avons vu sa descente rapide sur 3 ans… puis un AVC qui l’a paralysée…

Puis une fin de vie de merde, qui me tire les larmes quand j’écris ça encore…

En repensant aussi à mon grand-père qui a fait tes 10 dernières années aveugle…

Ça veut dire qu’avant d’aller en EHPAD, elle a géré mon grand-père pendant 10 ans, qui était aveugle…

Donc on va dire que les 20 dernières années de sa vie, c’était du caca.

20 ans, c’est l’équivalent d’une génération.

20 ans c’est quasi un quart de sa vie.

Alors oui, ça m’a marqué !

Aujourd’hui je considère l’EHPAD comme la SPA.

Et on voit comment la crise du Covid a encore accentué le truc.

Alors après j’ai vu la naissance d’un concept qui n’est pas mal, « les Senioriales ».

Mais encore une fois horriblement cher, et accessible uniquement aux privilégiés.

Alors aujourd’hui, j’ai décidé d’en faire ma priorité.

Parce qu’une personne âgée, c’est un être humain, qui a eu sa vie avec ses galères, et qui mérite une fin digne.

Mais une personne âgée, c’est aussi une personne riche de savoir, de par ses expériences.

Alors nous savons qu’une personne âgée qui côtoie des jeunes enfants et des animaux retrouve la joie de vivre.

Donc la base du concept c’est ça.

Et après j’ai greffé plein de choses autour, pour en faire un projet global, vivant, humain, et qui soit un exemple de consommation écologique.

Nous voyons les dégâts de la surconsommation de ces dernières décennies.

Nous voyons le manque de conscience de l’humain, à jeter son mégot dans la rue ou maintenant son masque, qui met 400 ans à se détruire !

Ou à chauffer son appartement, et à laisser tout allumer et ouvert, comme si l’électricité était à volonté comme l’air.

Nous ne pouvons pas juger tous ces comportements, puisque tout passe par la prise de conscience.

Alors quoi de mieux que de créer une communauté qui est sur la même longueur d’onde, et qui va partager ses retours d’expériences au grand public, au quotidien.

Donc oui, ce monde m’agace, et j’ai envie de le changer.

Depuis 4 ans maintenant, je fais des vidéos, je publie des articles, mais c’est toujours une poignée de 100 personnes qui me suivent, et c’est loin d’être suffisant, si nous souhaitons changer le fonctionnement de l’humanité.

Voici donc pourquoi ce projet résilience me tient tant à cœur.

2020, je propose à tout un chacun de nous rejoindre, que ce soit comme responsable, comme salarié, comme associé, comme partenaire, comme financeur, tout est ouvert.

Stéphane Bride-Bonnot