GAFA – Une économie locale

Ce n’est pas la première crise que l’humanité vit, et nous savons que l’argent est trop instable pour garantir de pouvoir manger à sa faim en cas de coups durs.

L’argent est trop instable, parce qu’il est spéculé par des personnes qui vivent au détriment du petit productif.

Si nous voulons le bonheur et la sécurité, il faut se remettre dans notre état originel, à savoir un maillon de la nature. Il n’y a pas de dominant-dominé. Chacun est différent, et doit respecter son rythme, ses valeurs, ses compétences…

C’est en mettant tout le monde sur le même pied d’égalité, que nous pouvons baisser nos egos, et développer notre puissance solidaire de créativité. C’est pour ça que la base de ce concept, c’est d’avoir une monnaie locale.

Une monnaie propre à la communauté, c’est comme si on troquait mais de façon équitable et mesurée.

Ça permet à l’argent de la communauté de rester dans la communauté.

En cas de crise économique comme nous sommes en train de vivre aujourd’hui, il n’y a pas de dévalue sur cette monnaie, par conséquent aucune augmentation des prix au sein de la communauté.

Si la salade et à 60 centime d’euro en temps normal, elle restera à 60 centimes d’euro pour les résidents de la communauté, quels que soient les événements extérieurs qui se produisent.

Parce que, oui, la salade sera à 60 centime d’euro grand maximum, dans la monnaie de la communauté, et elle sera à 1 ou 1,20 pour les personnes extérieures… (voir 2,50 en avril 2020 dans certains magasins !)

Et tout commerçant, artisan ou artiste de la communauté qui vend à des personnes extérieures a la communauté est payé en euro, une monnaie qui sera toujours beaucoup plus forte que celle de la communauté, et qui permet donc de se créer une richesse beaucoup plus conséquente que dans le grand magma de l’euro.

Ainsi chaque membre de la communauté aura l’impression d’avoir les mêmes ressources, qu’il soit cadre supérieur, artisan, ou SDF, tant qu’il consommera au sein de cette communauté.

Parce que, pour exemple, le SDF qui sera hébergé dans notre communauté, devra contribuer, en donnant du temps à la communauté. Ce n’est qu’en étant solidaire que nous pouvons être unitaire.

Sur le plan immobilier, il n’y aura que des locataires, de cette façon il ne pourra pas se générer de plus-value sur la vente des biens immobiliers, qui ferait monter les prix des loyers.

Ce sont tous ces facteurs économiques que nous allons prendre en compte pour que chacun puisse accéder à ce qu’il veut, quelles que soient ses ressources.

N’oublions pas que le concept va se démultiplier après avoir fait ses preuves, et cette monnaie locale sera utilisable dans tous les domaines qui seront démultipliés sur le territoire.

De cette façon, un résident d’une communauté du 44 pourra partir en vacances dans une communauté du 30, en payant un locatif avec la monnaie interne qui correspondra environ à la moitié de l’euro.

Plus il y aura de communautés, plus il y aura de résidents, plus la puissance de ce concept sera intense. C’est donc ici une opportunité de résilience sur le plan national.